Infestations d’animaux nuisibles? Voici le guide qu’il vous faut afin d’identifier ces bestioles et de vous en débarrasser.

femme utilisant une tapette à mouches pourchassant une grosse fourmi dans sa maison

Maisons infestées par les souris, les rats, les coquerelles et la vermine en tout genre, les histoires de Jacki Harkness ont de quoi donner la chair de poule à tous les propriétaires de maison, même les plus aventureux. Cheffe d’une entreprise d’extermination et membre du conseil d’administration de la Structural Pest Management Association of Ontario (en anglais), elle connaît tous les animaux nuisibles susceptibles d’infester votre maison et les façons de s’en débarrasser pour éviter les dommages… et les cauchemars. Car non seulement ces bestioles sont-elles capables de causer des dégâts importants et couteux, mais elles représentent également un danger pour la santé des humains.

Quelles sont les principales espèces nuisibles rencontrées dans nos maisons?

  • La fourmi charpentière. Jacki place les fourmis charpentières au haut de sa liste des parasites domestiques les plus communs au Canada. « Si elles infiltrent votre maison, elles causeront des dommages à la structure », dit-elle. « Elles mangeront le bois de charpente entre les murs et les cadres des portes et des fenêtres. Comme pour tout parasite, les dommages ne feront que s’empirer si vous ne réglez pas le problème rapidement. » Les fourmis charpentières ont différentes tailles (jusqu’à 13 mm de largeur), mais les plus petites sont tout de même plus grosses que les fourmis normales (aussi petites que 1 mm). Elles passent par le bas de porte, les fils électriques et les petites craques dans les fenêtres et les moustiquaires.
  • Les rongeurs. « Les rats (qui sont plus larges que les souris et pèsent jusqu’à une livre) et les souris (qui ont de grandes oreilles et sont brun pâle à gris foncé) sont porteurs de maladies, contaminent la nourriture et peuvent causer des dommages à la structure », affirme le DMike Bentley, entomologiste à l’Association canadienne de la gestion parasitaire. « Malheureusement pour nous, nos maisons constituent l’environnement idéal pour les rats et les souris. Ils ont facilement accès à nos structures par les trous des portes et fenêtres mal scellés ou par les trous mal colmatés où passent la plomberie ou les fils électriques de la maison. » Jacki ajoute que les rats et les souris grimpent aux murs, et que les rats, en raison de leur plus grosse taille, ont tendance à être plus destructeurs et à causer des dommages plus importants.
  • La blatte germanique. Il existe plusieurs espèces de coquerelles, mais c’est celle-ci que l’on retrouve le plus au Canada, avec la blatte asiatique que vous trouverez dans des endroits plus sombres et humides, comme les sous-sols. La blatte germanique, qui mesure généralement entre 1,3 et 1,6 cm et dont la couleur va du brun au brun pâle, se retrouve généralement dans les cuisines et les salles de bain, selon Jacki. Elles ne causent généralement pas de dommages, mais peuvent tout de même contaminer la nourriture et transmettre des maladies en passant ou en excrétant sur la nourriture ou les zones de préparation de la nourriture. Les personnes asthmatiques peuvent être particulièrement vulnérables au contact de leurs souillures ou de leur corps.
  • La mouche domestique. La couleur et la taille du corps de ce parasite varient en fonction de l’espèce, mais les mouches ne font généralement pas plus de 10 millimètres de long. Elles peuvent facilement transmettre des maladies puisqu’elles passent de nourriture en décomposition aux excréments d’animaux, en passant par des poubelles pleines de germes avant de se poser sur notre comptoir de cuisine ou notre nourriture.
  • Les moustiques. Les adeptes de plein air les connaissent un peu trop bien. Ils prolifèrent dans les eaux lentes ou stagnantes et leurs piqûres provoquent des démangeaisons et de l’irritation. Au Canada, ils peuvent transmettre le virus du Nil occidental, qui cause des symptômes semblables à celui de la grippe, ou d’autres maladies mortelles pour lesquelles aucun vaccin n’a été mis au point.
  • La punaise de lit. Ces parasites peuvent mesurer jusqu’à 10 mm de long et leur corps brun ou rouge foncé est plat et ovale. Ils se nourrissent du sang des gens et des animaux pendant leur sommeil et peuvent facilement se déplacer d’une pièce à l’autre. Elles préfèrent les lieux dans lesquelles elles peuvent se cacher, comme les endroits où l’on dort. Leurs piqûres provoquent des démangeaisons et certaines personnes peuvent avoir une réaction allergique grave ou développer une infection secondaire de la peau.
  • L’araignée. Ce sont des invitées communes et indésirables dans les maisons canadiennes. Il en existe de nombreuses espèces au pays. Les araignées que l’on trouve dans les maisons, dont la couleur varie du blanc cendré au noir et les araignées de cave, qui ont des pattes plus longues, sont les plus communes. Elles ne transmettent pas de maladie et ne mordent que pour se défendre. Il se peut toutefois que certaines personnes aient une réaction allergique à leurs morsures.

10 façons de se débarrasser de parasites domestiques

  1. Scellez toutes les fissures et tous les trous du périmètre extérieur de votre maison afin d’éviter que les rongeurs et les blattes n’y entrent. Installez des moustiquaires pour vos portes et fenêtres pour que les mouches et moustiques restent à l’extérieur.
  2. Retirez tout matériel paysager, les déchets de jardin et la végétation excédentaire de votre propriété afin de réduire les sites d’abris possibles pour les rongeurs et les fourmis.
  3. Éliminez toute source d’humidité, y compris les tuyaux qui fuient et les drains bouchés. Portez une attention particulière à la cuisine et à la salle de bain, puisque ces pièces sont plus vulnérables aux infestations de parasites.
  4. Faites en sorte de bien ventiler et de bien organiser les zones d’entreposage comme le grenier, le sous-sol et les vides sanitaires.
  5. Retirez ou changez régulièrement les sources d’eau stagnante dans votre jardin, comme les bains d’oiseaux, et réglez tout problème de mauvaise irrigation qui pourrait entrainer un excès d’humidité sur votre propriété.
  6. Jetez vos ordures régulièrement et utilisez une poubelle munie d’un couvercle scellé.
  7. Nettoyez les dégâts de nourriture ou de liquides immédiatement et évitez d’accumuler la vaisselle sale dans votre évier; cela évitera d’approvisionner en nourriture les coquerelles et les fourmis.
  8. Inspectez attentivement votre maison à la recherche de tout morceau de bois endommagé par l’eau ou tout problème d’humidité qui pourrait attirer les fourmis et autres insectes.
  9. Si vous pensez que votre maison fait l’objet d’une infestation, appelez sans tarder un professionnel en extermination.
  10. Si vous utilisez un pesticide acheté en magasin, lisez l’étiquette pour vous assurer d’en faire usage de manière sécuritaire et qu’il s’agit du bon produit en fonction du parasite. Le numéro de produit antiparasitaire sur l’étiquette vous assurera que le produit a été approuvé par Santé Canada.

Conseil de la part d’une experte en extermination

Jacki Harkness indique qu’elle préfère ne pas utiliser de vaporisateurs lors de ses interventions. « C’est une procédure invasive », dit-elle. « De plus, arroser la maison de pesticide n’est qu’une solution temporaire. J’ai l’impression de pousser les coquerelles plus loin dans les murs, puisque le produit ne fait que tuer celles qui sont touchées alors que la plupart vivent dans les murs. »

Il existe des façons naturelles d’exterminer des parasites, comme les fourmis, les araignées et les moustiques, et ce, à l’aide d’huile essentielle à la menthe poivrée. Cependant, Jacki préfère attirer les parasites de manière dynamique avec des produits chimiques qui sont transportés jusqu’à la source et qui permettent d’éliminer l’infestation plus efficacement.

« La règle d’or consiste surtout à maintenir sa maison propre et bien scellée, conclut Jacki. »

Clause de non-responsabilité : Ces renseignements et sources tirées de sites Web sont fournis uniquement pour votre commodité, et ils ne doivent pas être interprétés comme des conseils juridiques ou des conseils en matière d’assurance. Allstate ne contrôle ni ne garantit l’exactitude du contenu d’un site tiers. Allstate n’est pas responsable des pratiques de confidentialité de tout site tiers.