Passer au contenu principal

Éviter une collision avec un gros animal sauvage

Éviter une collision avec un gros animal sauvage

Jusqu’à tout récemment, je n’avais jamais pensé au risque de frapper un chevreuil, un orignal ou tout autre gros animal sur la route. Mais lorsque mon père et mon beau-père ont tous deux été impliqués dans des accidents distincts impliquant des cerfs, et ce à quelques mois d’intervalle, ça a été une prise de conscience. Heureusement, ils n’ont pas été gravement blessés et s’en sont tirés avec des dommages mineurs à l’avant de leurs voitures.

Quand je leur ai demandé quelle avait été leur réaction initiale, ils ont tous les deux répondu que l’animal avait semblé « apparaître de nulle part », ce qui leur avait causé un grand stress. Les policiers qui leur ont porté assistance ont indiqué que la meilleure chose à faire pour éviter ce genre de situation était de conduire de manière vigilante, particulièrement entre le début de soirée et l’aube. Ils ont également ajouté que les collisions avec des espèces sauvages de gabarits plus imposants, comme l’orignal, le cerf ou le wapiti, peuvent entraîner des dommages importants au véhicule, des blessures graves et même la mort.

Selon les données d’Allstate du Canada, entre janvier et octobre 2017, plus de 850 sinistres ont été déclarés par des clients à la suite de dommages causés par des collisions avec des animaux sauvages.

Voici quelques conseils pour vous aider à prévenir de tels accidents :

  1. Portez attention à la signalisation. Les zones propices au passage de cerfs ou d’autres grands animaux sont indiquées. Dans beaucoup de provinces, il s’agit d’un panneau en forme de losange jaune montrant un cerf. Examinez bien la route, ses côtés ainsi que les fossés pour trouver des signes de présence animale, comme le reflet d’yeux. Si vous avez un passager avant, mettez-le en mode « patrouille ». Demandez-lui de scanner les abords de la route pour voir s’il n’y aurait pas d’animaux cachés par les arbres ou dans les fossés.
  2. Réduisez votre vitesse. Une vitesse élevée permet plus difficilement d’avoir la distance nécessaire pour s’arrêter et augmente la force de l’impact en cas de collision. Faites preuve de vigilance au volant. Ralentissez. Surtout lorsque vous conduisez la nuit ou dans de mauvaises conditions de visibilité. Réduisez votre vitesse dans les courbes à l’aveugle, sur les routes inconnues près de cours d’eau ou sur les routes bordées d’arbres.
  3. Utilisez vos phares. Saviez-vous que plus du tiers des collisions impliquant des animaux se produisent entre 19 h et 23 heures? C’est aussi le moment où la fatigue du conducteur entre en ligne de compte. Les automobilistes risquent davantage de rencontrer des animaux sauvages entre le coucher du soleil et minuit, ainsi qu’à l’aube. Utilisez les feux de route (les « hautes ») de votre voiture lorsque cela est possible et qu’il n’y a pas de trafic en sens inverse (surtout dans les zones rurales). Cela améliorera votre visibilité.
  4. Pensez aux saisons et aux endroits. Certaines saisons sont plus propices au risque de frapper de gros animaux. L’automne, c’est la saison des amours pour les chevreuils et les orignaux, qui sont donc plus enclins à se déplacer que pendant les autres saisons. De plus, ils voyagent en meute. Le risque pour les conducteurs est particulièrement élevé dans les zones rurales, où il y a moins de circulation et de bruit. Si vous roulez près de zones boisées, conduisez avec davantage de prudence et souvenez-vous que si vous voyez un cerf, il pourrait y en avoir d’autres à proximité.
  5. Restez au centre. Sur une route à plusieurs voies, celle du centre (dans votre direction de déplacement, bien sûr!) est le pari le plus sûr pour éviter une collision avec un cervidé. Cette pratique vous donne plus de temps pour réagir si un animal saute sur la chaussée depuis un fossé ou une zone boisée en bordure de la route.
  6. Bouclez votre ceinture. Souhaitons que ce conseil soit une évidence! Bien que cela n’empêche pas la collision d’avoir lieu, le port de la ceinture de sécurité peut aider à réduire la gravité des blessures, le cas échéant.

Quoi faire en cas de collision avec un animal

  1. Souhaitons que vous ne soyez jamais impliqué dans une telle situation. Mais si cela devait se produire :
  2. Arrêtez-vous sur le bord de la route dès que vous pourrez le faire en toute sécurité. Allumez vos feux de détresse, vérifiez que tout va bien pour vous et vos passagers et restez dans votre véhicule jusqu’à ce que vous soyez sûr d’être en sécurité.
  3. Signalez l’accident à la police. Même si votre voiture n’a subi aucun dommage et que vous n’êtes pas blessé, la police peut transmettre l’information au ministère des Ressources naturelles, ou à l’organisme gouvernemental chargé de la faune dans votre province. Ils pourront prendre soin de l’animal blessé ou faire le nécessaire pour déplacer la carcasse.
  4. Ne vous approchez pas de l’animal s’il est encore en vie. Il pourrait être confus, désorienté, blessé ou dangereux.
  5. Contactez votre compagnie d’assurance pour l’informer de l’accident. Selon la protection que vous avez choisie, votre assureur pourra vous aider à payer pour la réparation ou le remplacement de votre véhicule s’il est endommagé. Si vous ne connaissez pas le type de protection que vous avez souscrit, contactez votre représentant ou courtier d’assurance pour en savoir plus. Assurez-vous qu’il est sécuritaire de conduire votre véhicule avant de reprendre la route. Vérifiez qu’il n’y a pas de pièces desserrées, de dommages aux pneus, de vitres ou de phares brisés, ni de fuites de liquide. Vérifiez également que vos freins et vos essuie-glaces fonctionnent bien, et nettoyez votre pare-brise, au besoin. En cas de doute, appelez une entreprise de remorquage reconnue.

Avez-vous déjà été impliqué dans une collision impliquant un gros animal, comme un cerf ou un orignal? D’autres conseils à proposer? Faites-le-nous savoir dans les commentaires ci-dessous.