Comment se préparer à une météo extrême de plus en plus fréquente ?

Comment se préparer à une météo extrême de plus en plus fréquente ?

En tant que Canadiens, notre sujet de conservation préféré – après le hockey, Tim Hortons et le sirop d’érable – demeure la météo. Ce qui explique probablement que le terme « changement climatique » nous fasse autant réagir. Quoi qu’on en dise, il est indéniable que le climat n’est plus ce qu’il était il y a 10 ans, voire 5 ans. Il suffit de penser aux résultats de la météo extrême de ces dernières années seulement pour en avoir la preuve : ouragans Harvey, Irma et Maria, à cette tempête de neige d’une force quasi cyclonique et aux inondations qui ont submergé d’innombrables régions du pays.

Pour en apprendre un peu plus sur les changements qui sont en train de se produire et les mesures à prendre pour protéger nos maisons, et nous-mêmes face à une météo extrême, nous nous sommes entretenus avec David Phillips, climatologue principal à Environnement et Changement climatique Canada.

 Nous attachons notre ceinture en voiture pour réduire les risques; il faut avoir un réflexe similaire dans la protection de nos maisons contre les intempéries.

De quelle façon la météo change-t-elle?

D.P. : Les phénomènes climatiques extrêmes sont le résultat de rencontres entre une masse d’air chaud et une masse d’air froid. Ce que l’on constate aujourd’hui, c’est que ces confrontations gagnent probablement plus fréquemment en durée et en intensité. Les tempêtes de pluie qui duraient une journée s’étendent maintenant sur deux ou trois jours. Partout au Canada, les régions et les saisons se réchauffent depuis les 70 dernières années, mais nous vivons également des périodes de froid extrême. Pendant ces périodes glaciales, comme celle qui a marqué l’hiver 2017-2018 et que nous avons affectueusement qualifiée de « vortex polaire », les températures à l’échelle du pays dégringolent pendant plusieurs semaines à la fois.

Est-ce la faute des changements climatiques?

D.P. : On aime faire porter le blâme aux changements climatiques, mais le fait est que la météo change aussi, pas seulement le climat; les deux vont de pair. Le climat change plus rapidement qu’il ne l’a fait depuis des années, mais nous pouvons en dire autant de la météo de tous les jours, qui évolue à un rythme aussi spectaculaire qu’effréné. Ce n’est pas pour rien qu’on blague sur la possibilité de vivre quatre saisons en une seule journée, ici.

Quelles précautions pouvons-nous prendre pour protéger nos maisons contre cette météo changeante?

D.P. : Selon moi, nous faisons souvent l’erreur de penser que ce qui a fonctionné pour les générations précédentes fonctionnera pour nous. Malheureusement, ce n’est pas le cas. La météo est certainement plus bizarre, plus imprévisible et plus déchaînée, mais nous aussi, nous avons changé, et sans doute plus que le climat. Parce qu’il y a moins d’espaces verts et plus d’infrastructures grises qu’avant, la terre n’arrive pas à absorber toutes les précipitations qui s’abattent sur elle.

Tous ces changements résultent de conditions météorologiques extrêmes, et bien qu’il soit impossible d’empêcher que des phénomènes naturels dangereux surviennent, M. Phillips précise qu’il existe des moyens d’en atténuer les effets et d’éviter le pire :

  1. Avant d’acheter ou de construire une maison, apprenez tout ce qu’il y a à savoir sur le terrain et les environs. Votre agent ou la ville pourra vous dire si le terrain est dans une zone sujette aux inondations ou aux incendies, ou près d’une telle zone. En effet, il faut avant tout connaître le milieu où se trouve votre propriété pour être en mesure de protéger celle-ci.
  2. Si vous habitez dans un climat sec et propice aux incendies, songez à installer du bardeau ignifugé sur votre toit.
  3. Un brise-vent ou un coupe-vent offre une protection contre les vents violents. Achetez une maison qui se trouve près d’une telle barrière de végétation (ou plantez-en une vous-même).
  4. Peu importe où vous demeurez, envisagez d’installer des fenêtres qui résistent aux chocs.
  5. Vous pensez refaire le jardin? Un bon aménagement peut contribuer à drainer l’eau loin de la maison et ainsi réduire les risques d’infiltration.
  6. Installer une pompe d’assèchement (équipée d’une source d’alimentation auxiliaire ou alimentée par une batterie) et des clapets antiretour représente également un excellent moyen de réduire les risques de dégâts d’eau (consultez d’autres conseils sur la façon de protéger votre maison en cas d’inondation).
  7. Parlez à votre assureur pour vérifier si votre couverture est adéquate. Certaines protections ne sont pas comprises dans les polices d’assurance et vous pourriez gagner à compléter votre couverture en vous procurant un ou des avenants.

Nous, Canadiens, avons toujours su nous adapter à un temps peu clément. Nous en tirons d’ailleurs une grande fierté. Le monde constate aujourd’hui ce qui nous est évident depuis toujours : la météo peut être aussi extrême que variable. Ainsi, retenons que bien que nous n’ayons aucun contrôle sur une météo extrême, nous pouvons poser des gestes pour réduire les risques qui en découlent.